Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Help Advertising Produce Profit and Yepee ! (HAPPY)

Help Advertising Produce Profit and Yepee ! (HAPPY)

Le blog d'Emmanuel Quéritet, dirigeant de l'agence HAPPY (anciennement ARTMONY), implantée à Toulouse et à Bordeaux.


Démocratie participative, à chacun son débat

Publié par Emmanuel Quéritet sur 10 Novembre 2008, 17:13pm

Catégories : #Politique-Citoyenneté

Tout a commencé, je crois, par ce que l'on a convenu de nommer la "crise de la représentativité". Parce que la représentatitivité c'est la base du concept républicain. Une idée simple et forte : les élus doivent représenter le peuple, l'incarner. Or, un jour, les citoyens se sont rendu compte que les hémicycles nationaux et régionaux étaient peuplés d'individus mâles, blancs de plus de 50 ans dont les niveaux d'études et de revenus étaient bien au delà de la moyenne des français lambda. On y comptait et compte encore très peu de jeunes, très peu de femmes, et en général aucun représentant des communautés immigrées. Pire que ça : ces gens étaient incapables de s'exprimer dans une langue compréhensible. Un champ sémantique trop riche, des formules ampoulées, des mots de plus de quatre syllabes et des références culturelles d'un autre siècle… C'en était trop, la révolte des électeurs a commencé a gronder en même temps que les scores des partis extrémistes et des politiciens démagogues s'élevaient. On a eu beau instaurer des "quotas" (pour les femmes, notamment) : trop tard, le divorce était consommé.

C'est alors qu'a germé l'idée de "démocratie participative". Puisque c'était trop long de faire en sorte que les politiques représentent le peuple, alors, on a demandé au peuple de se représenter lui-même. Une solution d'urgence, presqu'en forme de constat d'échec. Les forums internet de "Désirs d'avenir" (site de campagne de Ségolène Royal), réceptacle de la loghorrée plaintive des citoyens frustrés ont ils vraiment eu une utilité ? Le saurons-nous un jour ? À vrai dire, peu importe, car cela fait partie des initiatives qui ont permi de recommencer à tisser, d'une manière nouvelle le lien entre le citoyen et ses élus. La communication a repris, c'était donc positif.
En 2008, le stade de la théorie est dépassé depuis longtemps. Depuis 2002, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, rencontre fréquemment ses administrés dans le cadre de la Mission Démocratie Locale, et ça marche ! La concertation est le maître mot, le maire, ses conseillers municipaux et les habitants travaillent, avec les habitants qui le souhaitent à inventer une ville plus belle, plus fonctionnelle, plus éco-citoyenne, bref construisent ensemble une vie meilleure.

Un passage obligé pour la nouvelle équipe municipale toulousaine

À Toulouse, la nouvelle équipe municipale avait fort à faire. L'alternance politique est survenue après 37 années, presque un record ! La concertation, le bilan commun, plus qu'un argument de campagne étaient d'une absolue nécessité. C'est ainsi que depuis le mois de mai 2008, afin de construire un projet municipal véritablement en accord avec les souhaits des citoyens, les consultations se succèdent, dans tous les domaines. Après les Assises de la culture et les Assises de la mobilité, c'est maintenant le tour des Rencontres de la démocratie locale. Dans ce cadre-là, personne ne sera oublié, tout le monde aura droit de cité, y compris les résidents étrangers ou occasionnels.

Parmi ces derniers, les 88 000 étudiants de la ville sont invités à participer à la création du Conseil de la Vie Étudiante. Espace d'expression, ce conseil associera des élus du CROUS, des représentant des mutuelles, des universités et tous les étudiants qui souhaitent y participer. Ce sera le lieu idéal pour évoquer les problèmes spécifiques aux étudiants et faire toute remarque et proposition concernant la vie municipale. Les étudiants pourront ainsi être associés à la concertation et seront informés très précisément des décisions municipales les concernant.

Une campagne en forme de rappel
Pourquoi je vous parle de tout ça ? Tout simplement parce que la Mairie de Toulouse a souhaité confier la communication de la promotion du premier conseil de la vie étudiante à ARTMONY.
Le concept est simple et direct : les étudiants, lorsqu'ils le veulent sont capables d'une mobilisation extraordinaire. Nous avons voulu le leur rappeler en utilisant une image d'actualité de novembre 2007, durant les manifestations contre la loi Pécresse. Lorsqu'ils ont "Besoin d'être entendus", ils savent prendre la parole. Ici, bien sûr, les étudiants sont davantage invités à prévenir qu'à guérir, à anticiper qu'à protester…
Sauront-ils répondre présent ?


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents