Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Help Advertising Produce Profit and Yepee ! (HAPPY)

Help Advertising Produce Profit and Yepee ! (HAPPY)

Le blog d'Emmanuel Quéritet, dirigeant de l'agence HAPPY (anciennement ARTMONY), implantée à Toulouse et à Bordeaux.


Dites-moi, qui est ce grand corbeau noir ?

Publié par Emmanuel Quéritet sur 16 Novembre 2008, 16:49pm

Catégories : #Des mots…

Depuis vendredi et jusqu’à ce soir a lieu à Toulouse le salon des Éditeurs Régionaux, organisé par la Région Midi-Pyrénées. À cette occasion les éditions du Corbeau publient Amistats from Tolosa. Ce recueil met en pages sept auteurs qui se sont exercés à partir d'une nouvelle inédite de Philippe de Cadix : Raymond Bordes, Adèle Grime, BHM, Fred Ducom, Jean-Claude Solana, Michel Ducom. Ce livre est numéroté de 1 à 48, soit six chargeurs de huit cartouches et tiré à cent exemplaires. C'est un collector, un plaisir pour l’éditeur de faire partager une démarche intime et singulière autour d'une nouvelle qui l’a ému. Sa sortie au salon du livre est accompagnée d'un tee-shirt dans un joyeux foutoir et présent en parallèle au salon de l'Anarphabète, à la Chapelle rue Casanova.

C’est donc le moment idéal pour vous parler des éditions du Corbeau nées il y a 11 ans déjà, sous une forme associative et qui ont depuis publié des auteurs comme Yves Belaubre, Noël Godin, J.-F. Greg Lamazère, Pierre Colin, Michel Lac, Michel Baglin, Michel Ducom, Lilian Bathelot, Mistral, etc. Leur fondateur, Frédéric Ducom, se définit lui-même comme « lecteur de Félix-Marcel Castan et Schopenhauer, entre autres. Organisateur de manifestations culturelles festives et un poil subversives. Auteur, journaliste, poète, éditeur, fouteur de merde dans les soirées de merde. » Il se revendique « non sportif, non dépressif, père d'un ange ». Il aime sa compagne. Il aime les auteurs du Corbeau, ses amis et sa famille, toutes les femmes, même sa mère. C'est pour dire. Il aime rire et tous les médias. Il ajoute à son CV improvisé dans un style lapidaire : « Sensible à l'histoire. Fume et boit trop. Joue mal de la guitare. Va remonter sur les planches dans un duo rigolo avec Jean-Claude Solana. » Il avoue également (sous la torture) quelques écrits : des poèmes chez Encre Vives, Filigrane, Trident neuf, Rivaginaires, SoleilS & Cendre ; un roman pour la jeunesse, Nettoyage scolaire, chez Hachette ; Estos dias azules chez Multilatéral ; des nouvelles dans le Corbeau ; des textes récités avec le groupe Acouphène.
Attraper un corbeau de cet acabit, ce n’est pas courant (demandez à Edgard Allan Poe), alors j’en ai profité pour lui poser quelques questions…


Bonjour, Monsieur du Corbeau, qui vous a inspiré votre nom : le film de Henri-Georges Clouzot, Ringo, ou le petit Grégory ?
« Les subordonnés du Maréchal et toutes les lettres que nous ne recevons pas. Celles dont l'encre a filé du noir au rouge dans une tranchée au nord. Mais qui est ce petit Grégory ? »

Dans quoi trempez-vous votre plume pour qu'elle ait cette couleur si noire ?
« Le sourire de Chester Himes quand il dépeint son époque sans la ménager. La vie qui nous entoure, son ciel de traîne quelques fois dans nos yeux, deux trois injustices qui ne passent pas. »

Quels rapports entretenez-vous avec les autres volatiles du monde de l'édition, qu'est ce qui vous différencie ?
« C'est qu'on rigole. De tout. Mais "pas avec n'importe qui", bien entendu. Notre démarche est indépendante, on ne demande aucune subvention. On est libre, soldé de tout compte. On respecte tous nos compagnons volatiles, leurs trouvailles, leur vision du monde, leurs caractères. Nous travaillons par plaisir, pour faire émerger des écritures, nous croyons en leurs magies dont celle qui fait briller le regard d'un lecteur et le transforme en auteur. Quand on joue dans la cour des grands, on grandit. Les écritures nous grandissent dès lors qu'elles sont sociabilisées, posées sur la table. Comme on partage un repas. C'est ici qu'on transforme le monde. Avec ses échecs et ses réussites. Il y a de la place pour tout le monde et au menu : sanguette ! »

Comment choisissez-vous les auteurs qui partagent votre nid ?
« On en harcèle certains qui ne veulent pas faire le grand saut, on les comprend, on est moins fiable que Gallimard, on a un réseau d'écrivains qui nous sont chers, on les harcèle aussi, d'autres qui nous envoie leurs productions que nous aimons ou pas, on parle, on cherche, on fait retravailler, on se fait engueuler, voire toiser, on lâche pas, on lâche pas. »

Parlez-nous du pays : la Terre, l'Europe, la France, l'Occitanie, Toulouse et Arnaud-Bernard…
« Merci à Félix-Marcel Castan qui m'épargne de développer : "On est pas le produit d'un sol, mais de l'action que l'on y mène". »

Ça mange quoi, un corbeau ?
« Des petites nouilles en forme de lettres dans le potage, évidemment, et de la samba des rumeurs pour le dessert. »

Avez-vous le projet de nous pondre quelque chose dans les mois qui viennent ?

Oui. Toujours dans ce sens, et avec plus d'auteurs. On cherche. On cherche.


Allez, petite pause musicale, et après, on vous donne de la lecture :




Ben quoi, si on peut plus rigoler ?

En spécial bonus track, un extrait de la nouvelle de Philippe de Cadix, à l’origine du recueil qui vient de paraître :



Voir la lumière


Je suis un pistolet automatique allemand Lüger P 08, calibre 9mm Parabellum, fabrication de guerre byf 41 (Usine Mauser 1914), marquages en parfait état, toutes pièces au même numéro, bronzage noir, plaquettes en bois quadrillé, très bel état général malgré quelques piqûres de rouille sur le canon. J’ai d’abord appartenu à un élève officier allemand, rapidement blessé à Verdun et démobilisé en 1917. De 1917 à 1933 je suis devenu arme de service dans la police à Nüremberg. J’ai procédé à 48 arrestations et ai abattu 7 personnes dans la main de 3 inspecteurs successifs. En 1933, mon propriétaire a rejoint le parti nazi et, après avoir passé quelques semaines dans les S.A., s’est enrôlé dans les S.S. Comme j’étais son arme fétiche, il a obtenu l’autorisation de me garder avec lui. Nous avons été de tous les fronts, j’ai arrêté de compter les morts à partir de ce moment-là. En 1944, alors que nous faisions partie de la 2e division d’infanterie motorisée SS, mon propriétaire, devenu colonel, a été fait prisonnier par les soldats américains. J’ai alors appartenu quelques heures à un sergent noir de Virginie, qui m’a rapidement échangé contre une nuit d’amour à une femme française. Celle-ci m’a donné à son frère qui était dans la résistance. J’ai combattu quelques semaines avec lui, il est tombé aux côtés de la 2e Division Blindé. C’est un tankiste, un adjudant-chef français qui m’a ramassé et conservé comme souvenir de cette époque. Après la guerre, cet homme est devenu agent commercial et s’est installé aux environs de Toulouse. Une ou deux fois par ans, il m’emmenait dans la campagne pour « faire un carton », sur des bouteilles vides. Il m’a ensuite donné à son fils quand ce dernier est revenu de la guerre d’Algérie. L’homme pratiquait le tir sportif et me conduisait parfois au stand, à Muret, pour épater ses copains. Je pouvais y faire étalage de mes qualités et de ma précision. On a offert des sommes conséquentes à mon propriétaire, mais il n’a jamais voulu me vendre : « souvenir de famille » disait-il. Avant de mourir, il m’a donné à son fils, un genre de pacifiste qui n’aimait pas trop les armes à feu. Il m’a toutefois conservé dans une boîte, ne sachant trop que faire de moi. La législation avait changé durant toutes ces années, j’étais devenu hors-la-loi, j’ai donc sommeillé quelques années sous une pile de linge, dans une armoire. Cet homme a eu un fils prénommé Thomas. Quand celui-ci a eu 10 ans, il lui a parlé de moi, m’a sorti de ma boîte, lui a raconté ce qu’il connaissait de mon histoire, m’a démonté et remonté, chargé et déchargé devant lui, comme avaient fait son père avant lui, et le père de son père. Puis, ce fut de nouveau l’obscurité, pendant de longs mois.

C’est un matin de novembre 2009 que j’ai à nouveau vu la lumière. Le petit Thomas est monté sur une chaise, a attrapé ma boîte, l’a emporté dans sa chambre. Là, sur son lit, il m’a partiellement démonté, huilé, et remonté, comme l’avait fait son père. Son regard était dur, embué de larmes, je pouvais y lire de la colère et de la tristesse. Ce gamin était redoutablement intelligent, premier de sa classe depuis le début de sa scolarité. Il a pris la boîte de munitions et a introduit huit balles de calibre 9 mm dans mon chargeur. Il a actionné le mécanisme pour faire glisser une balle dans le canon. Il a du s’y reprendre à deux fois, ses petites mains manquaient de force pour tendre mes puissants ressorts. Il a mis le cran de sécurité et m’a caché dans son cartable […] (À suivre dans Amistats from Tolosa)

AMISTATS FROM TOLOSA
Editions du Corbeau
Edition limitée 100 ex. - 48 pages - 5 Euros
T-shirt du corbeau : 12 Euros
Livre + T-shirt : 15 euros


Pour toute questions, commandes, informations, vous pouvez contacter les éditions du corbeau à :
Association Corbeau Éditions
53 rue Lejeune
31000 Toulouse
corbeau.editions@orange.fr
www.corbeau.fr.st

Élégant et confortable pour le corps comme pour l'esprit,
le kit "corbeau" sera indispensable pour briller en société cet hiver

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents