Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Help Advertising Produce Profit and Yepee ! (HAPPY)

Help Advertising Produce Profit and Yepee ! (HAPPY)

Le blog d'Emmanuel Quéritet, dirigeant de l'agence HAPPY (anciennement ARTMONY), implantée à Toulouse et à Bordeaux.


Pourquoi Ségolène Royal va gagner les élections présidentielles 2007.

Publié par Emmanuel Quéritet sur 4 Décembre 2006, 10:02am

Catégories : #Politique-Citoyenneté

Tout d’abord je tiens à préciser que cet article n’est pas un texte de propagande et que je ne suis membre d’aucun parti. Je ne suis pas non plus astrologue, ni prophète.
Non, je me borne juste à démontrer ici pourquoi, sous l’angle de la communication, le produit “Ségolène Royal” est et restera leader sur son marché politique (au moins jusqu’aux élections).

1. “La rassurance”
Cet horrible néologisme de publicitaire a été créé pour répondre aux peurs grandissantes des français. En effet, nul n’est besoin d’avoir fait Saint-Cyr ou l’Ipsos-Academy pour constater tous les jours que la France a peur. De tout. De la mondialisation, de l’Europe, des OGM, des banlieues, des plombiers polonais, des virus aviaires, des vitesses élevées, du cancer du fumeur passif, de “l’insécurité”, des vieux, des jeunes, des riches, des pauvres, des cocos, des fachos, des corrompus, des vertueux. Bref, pour des raisons que je ne m’explique pas, les français, qui ont un niveau de vie et une espérance de vie parmi les plus élevés de la planète, ont PEUR.
En publicité, on a donc inventé le concept de rassurance. Un bon produit doit “rassurer”, alors, tout le monde “rassure” : les banques, les produits alimentaires, les automobiles, etc.
Et, quand on y réfléchit bien, quel est l’endroit du monde dans lequel on est le plus rassuré ? Comme nous le rappelle Gaz de France/Dolce Vita, à grand renfort de spots TV, c’est le ventre de notre maman. Doux, chaud confortable, aucun problème, aucun souci !
Or, Ségolène est une femme, ce qui, quoiqu’en disent certains, a une importance capitale dans le ressenti des consommateurs. C’est une femme ET une mère.
Et franchement, une maman peut-elle vraiment faire du mal à ses enfants ? En faisant abstraction des sinistres histoires de congélateurs, la moindre des mères ordinaire prend soin de ses enfants, les nourrit, les protège des agressions extérieures, leur assure une croissance et une éducation épanouissante. Elle leur donne aussi une petite fessée parfois, mais c’est pour leur bien. Que demande le peuple ?
Il faut bien le dire, la marque “Ségolène Royal”, ne serait-ce que parce qu’elle est femme et mère, et parfois un peu sévère, se pose en leader incontestable en terme de rassurance politique.

2. Le pouvoir de la marque
À force de l’appeler tout le temps “Ségolène”, voire même “Ségo”, on a carrément occulté son patronyme. Refoulé dans l’inconscient. Là, où, bien sûr, ce non-dit majeur aura le plus d’effet.
Eh oui, la dame s’appelle ROYAL. Franchement, une France peureuse, recroquevillée sur sa grandeur passée, ne garde-t-elle pas une certaine nostalgie de son passé ROYAL ?
Il faut dire que Saint Louis, Louis XI, Henri IV, Louis XIV, au moins ça, ça avait de la gueule !  Là, ils ramenaient moins leur fraise les américains, d’ailleurs ils existaient même pas. Les africains, n’en parlons pas, tous juste bon à faire des esclaves ou des bêtes d’attraction ! L’invasion sarrazine avait une solution toute trouvée : Charles Martel. Avec lui pas question de nous brûler les diligences au pied des châteaux. Non, c’est sûr, à l’époque, au moins, la France était un pays.
Forte de cette histoire inculquée par cœur depuis des siècles par des instituteurs consciencieux, la marque ROYAL s’est infiltrée lentement dans les esprits avec beaucoup plus d’efficacité que s’il s’était agi de la plus puissante des opérations de marketing direct.
J’entends d’ici mes contradicteurs s’écrier que le roi, bon sang, on lui a coupé la tête en 1789 et qu’on a bien fait... Allons, allons, soyons sérieux : les français ont toujours été royalistes et nous le savons bien… Sinon pourquoi Napoléon 1er, pur produit de la révolution française ? Pourquoi De Gaulle et la Ve république ? Pourquoi Mitterrand ?
Mais s’il ne s’agissait que des instituteurs ! Les américains, eux aussi font partie du complot. Par l’intermédiaire d’une grande enseigne de fast-food installée depuis près de 20 ans en France, ils habituent le public à consommer du ROYAL, et avec le sourire (Royal Cheese) ! Dans l’univers de la culture et du théâtre de rue, on l’associe à un privilège, voire même à un luxe (Royal Deluxe). Même nos amis à quatre pattes en sont fous (Royal Canin). Il y en a pour tous les goûts !
En résumé, ROYAL est une marque mémorisable et mémorisée, dont les connotations positives sont ancrées profondément dans l’inconscient des Français. Cela lui donne un avantage définitif sur la concurrence.

3. Le design
Ce n’est pas Philippe Starck qui me contredira, ni le succès grandissant d’une certaine enseigne suédoise, le design aujourd’hui, ça fait vendre.
Et il faut dire, qu’en terme de design, le produit ROYAL, n’est pas si mal loti. Attention : je ne vais pas ici me mettre à m’extasier sur le physique de Ségolène Royal comme tous ceux qui ne se sont jamais remis de l’avoir vue en maillot de bains en couverture de Voici. Faut quand même pas exagérer, nous avons quand même affaire à une dame de 53 ans qui a eu quelques enfants, ce n’est pas Adriana Karambeu ni Beyoncé, ok ? Autant dire que pour la double centrale de playboy, elle est hors compétition.
En revanche, si on la compare physiquement à tous ses concurrents, dans la course à la présidentielle, elle arrive, encore une fois, en tête. Elle sourit presque tout le temps, d’un sourire qui a l’air sincère. Son visage est harmonieux, son teint est clair et ne semble pas être affecté par les coups bas et les aléas de la campagne. Regardez-bien : pas de nouvelle ride, pas de nouveau cheveu blanc. De plus, elle semble s’être entourée d’un nouveau conseiller vestimentaire, ce qui, entre nous soit dit, n’était pas du luxe. Franchement, je me souviens des années Jospin, quand elle portait sa veste rouge, façon chasse à courre, avec carré Hermès et serre-tête, c’était consternant. Aujourd’hui, elle nous apparaît dans des petits tailleurs rose en soie sauvage, quasiment sur-mesure, qui fleurent bon l’élégance discrète de Jackie Kennedy.
Face à tant de bon goût et de sobriété, Fabius était coulé d’avance. Comment espérait-il rivaliser ne serait-ce qu’une seconde avec sa ridicule écharpe rouge et son chapeau mou… Tss, même pas en rêve. D’ailleurs j’arrête ici les comparaisons tant c’est inutile, je vous laisse les faire de vous même. J’ai dit objectivement.
Bon, Ok, on n’a jamais vu Besancenot en maillot de bain. Je lui laisse donc le bénéfice du doute.

Pour conclure cette démonstration, je dirais, au risque de déplaire à mes amis de droite (j’en ai) et fabiusiens (j’en ai aussi), et également au risque de déplaire à Alain Duhamel, que c’est pour toutes ces raisons que Ségolène ROYAL deviendra président de la république française en avril prochain.

PS : Si les choses ne se produisent pas comme je l’annonce, je m’engage solennellement à mettre en ligne sur ce blog une photo de moi avec un bonnet d’âne.

Commenter cet article

lilsun 12/08/2008 21:01

c'est pas beau de copier omar et fred avec les jeux de mots sur royal xD

Tom 23/02/2007 14:44

Bien dit ! Allez repondre au sondage de ce site : http://perso.orange.fr/family8/

Christine 11/12/2006 15:13

Pourquoi écris-tu Ségolène deviendra président de la république et pas présidente ?

Laurent 07/12/2006 19:48

Ton analyse est très « séguélienne ! »

Tu le sais sans doute, Jacques Séguéla et ses complices de RSCG ont développé dans les années 70 la stratégie publicitaire appelée « star system » ou « star stratégie », qui induisait la nécessité pour toute campagne de faire de son produit une star. Un processus qui permet à la marque de sortir de l'anonymat et devenir une star en développant 3 caractéristiques propres :
- un « physique » (ce qu'elle apporte) = la rassurance
- un « caractère » (ce qu'elle est, sa valeur imaginaire) = le pouvoir de la marque
- un « style » (ce qu'elle représente pour exister, les constantes de création) = le design.

Sur cette stratégie, Séguéla a conçu plus de 1 500 campagnes pub et 15 campagnes présidentielles, dont celles de François Mitterrand, Lionel Jospin, Boris Eltsine...
« Faire une élection, c'est raconter une histoire de telle façon que l'enfant qui sommeille en tout électeur croie que le candidat est le seul héros crédible de cette histoire. » (Jacques Séguéla - L'Événement du jeudi - 11 octobre 1990).

Ceci dit, Séguéla a parfois porté le bonnet d'âne !...

Florence 07/12/2006 09:05

Malheureusement, quand il n'y a plus de fond, il reste la forme...Et, vu sous cet angle, cette analyse est très juste.
Mieux vaut en rire, ce à quoi cet article réussit parfaitement !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents